Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Résistance - Page 8

  • Entretien avec Renaud Camus. Mon souhait pour 2014 : un raz-de-marée de l’Alliance antiremplaciste !

     

    Comment avez-vous réagi aux menaces proférées par Manuel Valls à l’égard de Dieudonné ?

    Ah, vous mettez à l’épreuve la cohérence de mes principes, là… M. M’bala M’bala et sa quenelle me soulèvent le cœur, j’étais ravi de les ignorer. D’un autre côté, je suis pour la liberté d’expression, tant qu’il n’y a pas appel à la violence ou diffamation caractérisée. Avec les fines plaisanteries sur Patrick Cohen, on franchit un degré supplémentaire. Le plus affligeant est que tant de gens paraissent trouver tout cela admirable.

    Anelka a justifié sa « quenelle » en parlant de son « ami humoriste Dieudonné ». On lui fait un mauvais procès ?

    Aucune idée. Ces milieux me sont peu familiers.

    À croire François Hollande et son gouvernement, la courbe du chômage serait en train de s’inverser… Un déni de réalité ?

    C’est l’ensemble de la vie politique qui est un déni de réalité. Nous vivons dans l’illusion tragique, le théâtre d’ombres. Je me suis permis d’appeler cela le faussel : réel inversé, règne du faux. La réalité, c’est la colonisation de l’Europe, le Grand Remplacement, la substitution ethnique, la conquête musulmane, le suicide d’une nation.

    Quels sont vos souhaits pour l’année 2014 ?

    Attendez voir… Colossale manifestation le 26 janvier prochain, avec particulière évidence du refus du Grand Remplacement. Dans la foulée, aux élections municipales, raz-de-marée de l’Alliance antiremplaciste (Union Noniste + Rassemblement Bleu Marine). Béziers devient le laboratoire de la reconquête, les allées de Riquet sont les Champs-Élysées du nouvel anticolonialisme. Triomphe noniste aux européennes, non seulement en France mais dans tous les pays du continent en cours de colonisation. Nouvelle majorité antiremplaciste au Parlement européen, changement radical de la politique communautaire à propos de l’immigration, dénonciation des traités et conventions forçant les nations à subir passivement l’invasion ou à l’encourager. Les travaux reprennent vivement pour l’adoption d’une Constitution européenne de type confédéral, avec un président élu, une armée forte, une stricte répartition des pouvoirs entre la Confédération et les États membres, une importance fondamentale accordée à la culture commune européenne, avec restauration des études latines et grecques et consécration solennelle des racines celtes, gréco-latines, juives, chrétiennes et libre-penseuses de notre civilisation.

    En France, pendant ce temps, le gouvernement est tombé, vous pensez bien. Des élections législatives anticipées se tiennent à la rentrée. Le Parti socialiste conserve quelques sièges dans les territoires occupés malgré la forte concurrence des candidats remplaçants, colonialistes et communautaristes, dont les élus voient toutefois leur élection invalidée pour inconstitutionnalité de leur programme. La droite remplaciste est laminée, malgré des palinodies de dernière minute qui n’ont pas trompé les électeurs. On met François Hollande à la Lanterne. Une forte majorité nono-mariniste, à peine au pouvoir, abolit le droit du sol, rétablit ladite « double peine », prive de la nationalité française ceux qui l’ont reniée publiquement, coupe les subventions des associations remplacistes, rédige une charte de ce qui est français et de ce qui ne l’est pas et répudie toute égalité entre ceci et cela, abroge les lois natalistes qui ont été un formidable facteur de substitution ethnique, crée un ministère du Retour, accroît de toutes les façons concevables les différences de droits entre citoyens et non-citoyens, interdit les prélèvements fiscaux supérieurs à 33 % des revenus, supprime les départements et les régions, rétablit les provinces, alloue des lycées à une éducation réformée au prorata des professeurs, des élèves et des parents d’élèves volontaires, crée une chaîne de radio et une chaîne de télévision dévolues à la culture, trace une carte des zones protégées avec rigoureuse interdiction de construire, entame la désignalisation, inaugure les leçons d’in-nocence à l’école, etc.

    Boulevard Voltaire

  • Après l'affaire Méric, le Bloc Identitaire demande la vérité sur les « agressions » d'Argenteuil !

    Communiqué du Bloc identitaire :

    Sur la Manif Pour Tous du 24 mars, en dénonçant de prétendus « groupuscules » pour mieux gazer (oui, gazer !) les familles sur les Champs-Elysées, le pouvoir socialiste a menti.

    Au sujet des émeutes du Trocadéro, en affirmant que les incidents étaient le fait de « supporters ultras du PSG » alors qu'il s'agissait de hordes de racailles de banlieue, le pouvoir socialiste a menti.

    Sur la Manif Pour Tous du 26 mai, en faisant peur aux familles pour tenter - vainement - d'affaiblir le mouvement de contestation populaire, le pouvoir socialiste a menti.

    En minorant systématiquement les chiffres de participation pour l'ensemble des Manifs Pour Tous, le pouvoir socialiste a menti.

    Dimanche dernier, en minimisant le déferlement de haine des groupuscules d'extrême-gauche lors de l'hommage à Clément Méric (tags anti-France, vitrines brisées, agressions...) soldé par 14 interpellations, le pouvoir socialiste a menti.

    Hier, les révélations du Point nous apprennent que loin de la thèse du « crime politique » évoquée par la Gauche quelques heures après la tragique disparition de Clément Méric, sa bande serait en fait à l'origine de la rixe fatale. Si bien qu'en relayant une thèse fallacieuse à des fins politiques sans attendre les conclusions de l'enquête, une fois de plus, le pouvoir socialiste a menti !

    Devant ces faits avérés, le Bloc Identitaire s'inquiète d'un contexte de mensonges et de manipulations d'État peu propice au débat démocratique apaisé.

    Le Bloc Identitaire en vient donc légitimement à se poser des questions sur le dernier fait divers non résolu mais déjà exploité par les Socialistes : les « agressions » de femmes voilées à Argenteuil.

    Nous demandons expressément au pouvoir socialiste d'apporter le plus rapidement possible toutes les preuves de ces agressions, qui semblent servir l'instrumentalisation par le gouvernement d'une prétendue « islamophobie » (au demeurant peu probable en plein cœur d'Argenteuil) pour mieux culpabiliser un réveil patriote bien réel.

  • Communiqué du CEPE

    Nous apprenons avec satisfaction que le résultat du visionnage de certaines bandes vidéos concernant la rixe de la rue Caumartin où Clément Méric nervi antifasciste avait trouvé la mort, a été rendu public ce matin.
    Voici, d'après RTL ce qu' il apparait clairement sur les vidéos :

    On y voit notamment Clément Méric se précipiter vers Esteban Morillo, le meurtrier présumé, alors de dos, semble-t-il pour lui asséner un coup.
    Le skinhead se retourne alors et le frappe avec son poing en plein visage.
    L'image ne permet pas de dire de façon formelle si Esteban Morillo donne un deuxième coup, ni s'il a ou non un poing américain.
    Le militant d'extrême-gauche, en tout cas, tombe immédiatement au sol, inconscient."
    Enfin, RTL précise que selon les images, "il n'est pas lynché une fois par terre" et d'ajouter: "Les images montrent un Clément Méric provocateur et confortent la thèse du juge sur une mort accidentelle à la suite de coups donnés."

    Face à ces nouveaux éléments factuels, le Comité d'Entraide aux Prisonniers Européens qui a pris la défense et organisé le soutien d'Esteban Morillo le principal mis en cause et des autres mis en examen, demande :

    - la remise en liberté provisoire immédiate d'Esteban Morillo et de Samuël
    - la prise en compte de la situation de légitime défense évidente dans la procédure
    - les excuses publiques du ministre de l'intérieur Manuel Valls qui avait affirmé qu'il s'agissait d'un "assassinat"
    - l'arrêt des procédures de dissolution visant les JNR, Troisième Voie et la structure associative parisienne "Le Local"

    Pour faire un don à Esteban et aux victimes de la répression politique de ce qui s'apparente jour après jour de plus en plus à une dictature, cliquez-ici.

    CEPE, Comité d'Entraide aux Prisonniers Européens
    BP 4-7187
    30914 Nîmes Cedex
    comitecepe@gmail.com

  • Le violence est bien de gauche et d'extrême-gauche

    Un communiqué de Serge Ayoub :

    Suite à la campagne d’incitation à la haine et à la violence contre Troisième Voie lancée par le Premier ministre Ayrault qui parle de nous « tailler en pièces » et du ministre de l’Intérieur Valls qui cautionne et justifie la violence des antifas « qui luttent d’une manière ou d’une autre » contre les idées considérées d’extrême droite, nous, patriotes, subissons de la part de l’extrême gauche une avalanche de violence contre les nôtres. Cette fin de semaine, près d’Agen, nos anciens militants de Troisième voie, qui dans un dernier baroud d’honneur avant la dissolution effective de notre mouvement, collaient leur restant d’affiches ont été attaqués par une bande de nervis sortis d’un festival punk, ivres d’alcools et confortés par les provocations de Ayrault. Ces brutes alcoolisées ont agressé à 8, les 3 colleurs et leurs deux compagnes.

    Heureusement le courage et la justice ont eu raison de la haine et du nombre, mais depuis les médias se déchainent contre ceux qui n’ont fait que se défendre d’avoir collé des affiches et de refuser de se laisser battre.

    Malheureusement la campagne de haine et de violence se propage et se généralise sur toute la France : il y a trois jours le local de nos camarades dans la Somme, à Estrées-Mons recevaient plusieurs impacts de balles sur la façade et essuyait dans la nuit un cocktail molotov, pire à Picquigny (80), la nuit dernière, un autre local, identifié comme accueillant des patriotes, a subi un incendie criminel, et tout cela dans l’indifférence générale.

    La violence systématique des antifas s’exerce en toute impunité, sur tout le territoire et contre tous, la semaine dernière le local du Front national à Nantes était mis à sac, ce dimanche c’est Paris qui était livré à des bandes armées et masquées qui ont vandalisés le centre de la capitale au vu et au su de tous, aujourd’hui c’est au tour de la permanence du PS du XXème à Paris d’être mise à sac par les antifas !

    Quand le gouvernement réagira-t-il ? Quand les violences et la haine seront-elles stoppées ? Faudra-t-il un nouveau drame ?

    Source : Synthèse nationale

  • A Paris le 22 juin

    Riposte laique 22 juin 2013.jpg